Les premiers pas - Partie Moteur

Les premiers pas - Partie Moteur

L'ALIMENTATION


Contrôlez que le papillon du carburateur (ou le boisseau) soit totale­ment ouvert lorsque vous accélérez à fond. Pédale en butée, le câble ne doit pas non plus être trop tendu et forcer sur l'axe du papillon (qui est assez fragile). Si nécessaire réglez la butée et bloquez-la avec le contre-écrou.La durit d'essence doit être souple, les vieilles durits cuites et raides créent des prises d'air qui vous permettront de casser très rapide­ment un moteur, on ne plaisante pas avec ça. Un bout de durit neuve ne coûte presque rien. Faites attention quelle ne pende pas sous les tubes du kart. Si nécessaire fixez la avec des colliers Rilsan, mais sans l'écraser, en faisant attention qu’elle ne tourne pas sur le tube.

 

Notez ci dessus une fixation propre et facile à faire, qui vous donne les meilleures garanties. La durit passe dans des morceaux de ressort qui servent de fixation. Elle est bien tenue sans courir le risque d'être écrasée.

 

Une durit jaunie et raide doit impérativement être remplacée. C'est une cause classique de prise d'air entraînant des difficultés de démarrage ou pire, une casse moteur.

Poussez l'inspection jusqu'à l'intérieur du réservoir pour voir l'état de la durit du plongeur. Elle doit être bien souple et le plongeur doit pen­dre en touchant tout juste le fond du réservoir. C'est indispensable pour qu'il accompagne bien les mouvements du carburant dans les virages. A défaut, vous risquez une casse par prise d'air, même avec près d'1/3 d'essence dans le réservoir. Plus grave, on trouve souvent des plongeurs trop longs dans des réservoirs neufs ! C'est même presque systématique dans certains réservoirs. A contrôler dans tous les cas donc...

 

Il n'est pas rare de trouver des plongeurs trop longs dans certains réservoirs neufs. Le plongeur doit juste toucher le fond, afin de se balancer dans les virages en même temps que le carburant. Il ne faut pas hésiter à changer la durite dès qu’elle perd sa souplesse. -->

 

LES REGLAGES DE CARBURATEUR


Reste encore à vérifier le gicleur principal sur un carburateur à cuve (Rotax Max ou 125 à boîte) ou le réglage des vis sur un carburateur à membranes dans les autres catégories. Si vous ne connaissez pas les réglages de base à adopter, vérifier sur votre site KART&Co, en général il y a tout !!!

Un moteur trop riche, c'est pas très grave, vous risquez juste de noyer une bougie. Mais avec un réglage trop pauvre, vous pouvez casser le moteur. A bon entendeur salut...

Gicleur ou vis, le réglage de la carburation est important. Une fois que vous aurez trouvé le bon réglage, vous ne le modifierez plus que faiblement selon les conditions météo.

Réglages de base carburateurs à membrane

Dans le tableau à ci à droite, ce sont les valeurs recommandées, qui peuvent être considérées comme une bonne base de départ. NB: 60' équivaut à desserrer d’un tour complet la vis (on règle depuis la vis serrée).

LE REFROIDISSEMENT


Avec un moteur à refroidissement liquide, pensez à contrôler le niveau d'eau dans le radiateur, ça peut servir... Ce serait dommage d'oublir l'eau dans le radiateur, surtout aprés un hivernage sachant qu'une vidange doit justement etre faite avant l'hiver!! Au pire, on s'en rendra compte apres 2 à 3 tours de pistes avec une casse moteur !! 

Si la pompe à eau est entraînée par des courroies à partir de l'arbre arrière, vérifiez leur état. Leur durée de vie est assez limitée. Des cra­quelures apparaissent avant qu'elles cassent. Ces courroies ne sont pas inusables !! Avant de casser elles manifestent des signes de fatigue par de petites craquelures à la surface. Contrôlez-les avant chaque utilisation.

 

PARLONS DU MELANGE...


S'il reste du vieux mélange qui n'a pas servi depuis la saison passée, vous pouvez le jeter tout de suite, c'est ce que vous avez de mieux à faire, car l’huile a perdu en qualité. Pour le mélange, faites-le dans un bidon avec un verre gradué pour respecter un pourcentage précis. Pas de mélange en direct dans le réservoir (vous ne pourrez pas secouer pour bien mélanger).

Sur tous les moteurs à régime limité (moins de 16000 t/mn), vous pouvez utiliser de l'huile synthétique pure, mais uniquement une huile expressément prévue pour le karting. La bonne façon de ne pas vous tromper, n'utiliser que des huiles homologuées par la Fédération Internationale de Karting.

DERNIERES VERIFICATIONS MOTEUR


Alors, maintenant, on peut aller rouler? Non, car il reste encore un petit rituel à respecter avant le premier départ de la journée. Vous pouvez vous en passer, mais vous avez une chance sur deux de noyer le moteur au premier démarrage. Là encore, à vous de voir....

Le kart posé sur son chariot de piste, vérifiez que tout fonctionne normalement.

Enlevez la boîte à air, puis la bougie, remettez-la dans son capuchon et posez-la sur la culasse, pour pouvoir faire tourner le moteur sans risquer d’esquinter la bobine haute tension. Branchez votre batterie et appuyez sur le démarreur tout en mettant la main pour bouchez le car­burateur. Cela va vous permettre de contrôler l’allumage et d’aspirer l’essence jusqu'à ce qu'elle dégueule du carburateur. C'est encore plus efficace en bloquant la pédale d'accélérateur à pleine ouverture.

Réamorcage --> Pour bien aspirer le mélange au carburateur avant le premier démarrage de la journée, il suffît de démonter la bougie - posée sur la culasse -, de maintenir le papillon des gaz ouvert et d'opturer l'entrée du carburateur. Faire tourner le démarreur jusqu'à ce que l'essence dégueule dans la main. Votre moteur devrait démarré au premier coup de démarreur.

 

Vous pouvez ainsi faire trois contrôles: la bonne aspiration du mélange, l'étincelle à la bougie et le fonctionnement du démarreur. Si tout est OK, remontez la bougie et faites démarrer votre moteur sans mettre de gaz. Dès qu'il pète, vous allez mettre un peu de gaz et ça va partir tout seul, à coup sûr. Vous verrez, c'est du 100% de réus­site. Sinon, c'est qu'il y a un souci lors du montage !

 

Trucs et Astuces au cas où ca ne veut pas démarrer !! On sait jamais!!Langue tirée

1./Démonter, retirer la bougie et de la relier au fil de masse, posé sur le moteur.

2./ Réamorcer

3./Boucher l'entrée de la boîte à air jusqu’à ce que le moteur “craque” et réponde sans cou­per aux sollicitations de l’accé­lérateur. Cessez alors de bou­cher la boîte sous peine de trop alimenter le moteur et de le noyer. Pour une mécanique à embrayage, pas besoin de pousser, il faut juste actionner le lanceur du moteur tout en fermant la boîte à air.

Si par malheur le moteur ne veut toujours pas démarrer, démontez alors la bougie, si celle-ci est sèche et sans trace d'essence, c’est que vous n'avez pas assez amorcer ou que vous n’avez pas assez bouché les entrées d’air au démarrage. Contrôlez alors que le carburant ait bien rempli la durit, et recommencez la manoeuvre de démarrage en bouchant bien la boîte à air. Par contre, si au contraire votre bougie est inondée d’essence, c’est que votre moteur est noyé. Séchez alors la bougie ou encore mieux, changez-là, puis recommencez la phase de mise en route en ne touchant surtout pas à la boîte à air. Et si par un douloureux hasard ça ne voulait toujours pas rigoler, redémontez alors la bougie, posez-là coiffée de son capu­chon sur les ailettes du haut du moteur, et tournez vigoureuse­ment les roues arrières pour vérifier que l’allumage se fait bien sous la forme d’étincelles à la bougie. Si l’étincelle ne se produit pas, contrôlez que les tresses de masse de la bobine ou que le fil de bougie ne soient pas sectionnés, ou que le capuchon de celle-ci ne soit pas défectueux, cela peut arri­ver sans que cela soit facile à déceler.

 

 

LE GRAISSAGE DE LA CHAINE


Au fait, et votre chaîne, est-elle graissée? Décidément, il faut penser à tout... Il faudra à l'avenir penser à la graisser avant le premier départ et mieux encore, à chaque arrêt, quand elle est encore chaude.

Voilà, on arrive au bout. Avec un peu d'habitude, tous ces contrôles n'ont pas pris plus de 20 minutes. Il vous faudra sans doute un peu plus de temps la première fois, pour vous assurer que tout a été bien fait.Reste à enfiler la combinaison, homologuée bien sûr ! N'oubliez pas les gants, les bottines protégeant les chevilles, la combinaison homo­loguée, la minerve et le casque intégral. Après, go go go...Enfin pas trop, surtout lorsque vous faites tourner le démarreur. Puis, accompagnez le démarrage progressivement et n'oubliez pas de chauffer les pneus. Avec un moteur à refroidissement liquide, atten­dez que l'eau ait atteint 45° avant de tirer franchement dessus.

9 votes. Moyenne 3.78 sur 5.