Le Bacquet

Le siège est un point important et trop souvent négligé. Vous devez être parfaitement bien installé dans votre siège, bien calé pour avoir de bonnes sensations et bras pas trop tendus pour tenir le volant. Mais le plus important reste la rigidité du baquet et sa position, qui ont une influence déterminante sur la tenue de route de votre châssis.

bacquet2.jpg

Le choix du siège

Il est important de ne pas être "nager" dans le siège, d’où l’importance de bien choisir la forme et la taille de son siège. Pour cela, équipez-vous de votre combinaison et de protège-côtes lors du choix. La plupart des constructeurs utilise des formes assez géo­métriques popularisées par la marque anglaise Tillett. Les moules sort légèrement différents d’une marque à l'autre, plus ou moins évasés en haut ou en bas du siège. Si le confort n’est pas un critère de bon réglage, vous piloterez plus facilement si vous êtes bien installé.

Les aisselles doivent être bien bloquées par le haut du siège, mais sans faire mal aux homoplates. Soyez plutot tatillon car c’est vous qui aurez mal. N’hésitez pas à changer le siège d'origine si nécessaire. Quand vous avez trouvé un siège à votre convenance, notez bien le modèle et la taille pour vous procurer le même lors d’un changement de châssis. A défaut, n’hésitez pas à conserver l’ancien siège d’un châssis à l’autre. Il sera un peu moins beau qu’un siège neuf, mais le confort de conduite en vaut bien la peine.

La souplesse du siège

Le confort n’est pas tout. Le siège joue d'au­tant plus sur la rigidité du kart que le châssis est plus souple. Dans la majorité des cas, on trouve un avantage à avoir un siège un peu souple, quitte à utiliser plusieurs raidisseurs lorsque la nécessité s’en fait sentir.

La position du siège

C'est le point le plus important ! La position de votre siège détermine directement le rap­port des masses agissant sur les trains avant et arrière et aussi la hauteur du centre de gra­vité, autant d’éléments qui influencent direc­tement le comportement de votre kart. Mais en résumé, en fonction du châssis, du grip de la piste et du style de pilotage, il existe une répartition idéale qui permet d’en tirer le maximum. Faute de pouvoir calculer cette répartition, les constructeurs font des essais pour la déterminer au mieux. N’oubliez pas de demander à votre reven­deur la position recommandée pour le siège de votre châssis en fonction de votre catégo­rie. C’est important et cela vous évitera de transformer votre siège en "emmentale" pour trou­ver la bonne position. Cette position n'est toutefois pas absolue. Selon votre morpholo­gie et votre style de pilotage, la position idéale pourra encore varier légèrement. Avec un nouveau châssis, il faut donc considérer cette première fixation comme un point de départ et essayer en piste plusieurs positions de siège, pour trouver la plus adaptée. Il y a beaucoup à gagner ou à perdre de ce côté. Dans tous les cas, il ne faut sensiblement pas vous éloigner des répartitions classiques, soit environ 60% sur l’arbre arrière et 40% sur le train avant. Mais sachez qu'un demi % en plus ou en moins change sensiblement le comportement du châssis. Avec un nouveau châssis que vous ne connaissez pas, vous pouvez avoir pas mal de trous à faire et si vous avez gardé un ancien siège, vous aurez moins mal au cœur de percer et quand vous aurez trouvé les bonnes valeurs il vous suffira de les reporter sur le siège neuf. photo-balance.jpg

Avec 4 balances, c'est mieux, mais on peut se contenter de deux et mesurer les poids sur les essieux l'un après l'autre.

 Avec un pilote de grande taille, le centre de gravité plus haut entraînera des transferts de charge plus importants, ce qui modifiera encore plus le comportement. Dernier paramètre, le pilote petit peut se permettre une position relativement verticalemoins fatigante pour-les muscles du cou. Le pilote de grande taille est contraint à une position plus allongée pour réduire la prise au vent, dont les effets sont très importants en bout de ligne droite. Les sièges à fond plat sont d'ailleurs prévus pour un montage assez incliné, qui correspond plutôt aux pilotes de grande taille.Pour toutes ces raisons, donner des cotes de siège c'est bien, on s’en contente généralement, mais indiquer une répartition de masse, c'est encore mieux!!!

Une bonne position limite l'usure des pneumatiques

L'idéal est de partir de la position constructeur indiquée en centimètres. Notez soigneusement sur une fiche toutes les cotes du montage et mesurez tout de suite la répartition des masses entre l’avant et l’arrière, avec le pilote en équipement course et le réservoir à moitié rempli. Faites immédiatement deux autres séries de trous, pour tester une position plus avancée et une autre plus reculée de 1 cm environ à chaque fois. Vous avez de fortes chances d’être dans la bonne fourchette. Notez toujours soigneusement la répartition des masses correspondante.

Pour contrôler votre centrage des masses avant-arrière, utilisez de préférence quatre balances, mais vous pouvez vous contenter de deux en faisant la mesure en deux fois, train par train. Avec les châssis modernes, les nombreux réglages, en particulier sur le train avant, permettent de corriger quasi instantanément les défauts de comportement d'un châssis, mais au détriment du travail des pneumatiques dont l'usure se trouve etre accélérée. Il est dont intéressant de commencer par équilibrer le châssis par la position du siège avant d'utiliser les excentriques pour obtenir un comportement satisfaisant du kart.

Comment un siège doit il etre fixer?

Il faut déjà que le siège rentre entre les pattes. Si celles-ci sont trop écartées, vous pouvez résoudre le problème avec des cales placées entre le siège et les pattes. Si les pattes sont trop rapprochées, il va falloir les tordre. Pas de panique, les pattes sont généralement réalisées en tube d'acier doux qui se tord assez facilement.

N ' ayez pas peur de retravailler les supports de siège, ils sont réalisés en "acier doux" et viennent facilement la plupart du temps.bacquet9.jpg

 

Utilisez une barre de ferraille, un vieil arbre ou une baramine... mais protégez la peinture avec des bouts de carton par exemple. Il vaut mieux forcer avec un bon bras de levier que de taper. Les perfectionnistes pourront chauffer un peu la peinture avec un sèche cheveux ou un pistolet à air chaud pour l’assouplir et éviter tout éclatement.

Contrôlez ensuite le parallélisme entre les pattes et le siège. Il ne faut pas hésiter à vriller la partie haute des fixations arrière avec une clef à molette, pour les mettre bien parallèles à la surface du siège et éviter que la patte ne vienne forcer sur le siège et le percer. La longévité de votre siège en dépend.

 

bacquet8.jpg

Vrillez la patte pour la rendre parallèle au bord siège si nécessaire.

Pour positionner le dessous du siège, utiliser une barre de réglage. Cette barre est souvent construite assez basse pour pouvoir faire plusieurs réglages. Réglez la hauteur du fond de baquet avec des cales (couronnes ou autres ) et poser le siège dessus.

 

bacquet7.jpg

 

Pour maintenir l’arrière du siège à la bonne hauteur, utilisez un outil de fixation réglable, appuyé sur l’arbre arrière.

bacquet6.jpg

L'outil de positionnement arrière se trouve dans le commerce, mais il est facile de le réaliser soi même comme ici avec tige filetée, un bout de conniere du tube de 8mm et un peu d'huile de coude!!!

Contrôlez les autres cotes, selon la taille et le modèle du siège. Il est possible que vous ayez de légères différences avec les cotes indiquées par le constructeur. Adoptez alors une position moyenne. Les cotes les plus pratiques pour positionner rapidement un siège sont les suivantes: 

bacquet5.jpg

 bacquet4.jpg

bacquet3.jpg

 

 

 

 

                     

                      Figure1: Cote n°1                                          Figure2: Cote n°2                                      Figure3: Cote n°3

  • Cote n°1 : La distance entre le haut du siège et les fusées  (Sur une majorité de châssis, la cote de base est d'environ 103 cm)
  • Cote n°2 : La distance entre le haut du siège et l'arbre arrière (La position la plus fréquente est à ras du fond des tubes.)
  • Cote n°3 : La hauteur du fond de siège par rapport aux tubes (Cette cote est souvent proche de 21 cm pour une position assez inclinée et vers 25-26 cm pour une position plus droite avec les sièges actuels.)

N’hésitez pas à vous asseoir pour vérifier que vous êtes bien installé dans le kart !!!

Vous vérifierez ainsi que vous êtes bien à l'aise, une très petite différence de position peut etre très sensible pour le confort du pilote, lorsque la position est définitive, percez un premier trou sur le coté. Boulonnez cette première fixation, serrez légèrement. Assurez- vous que le haut du siège est bien horizontal et percez la deuxième fixation latérale. Boulonnez cette deuxième fixation, toujours sans serrer à fond. Tordez les pattes avant pour les mettre bien parallèles au siège et percez les trous de fixation . Fixez en mettant la hauteur de cales nécessaires de chaque coté. Reprenez tous les serrages à fond, puis terminez par la fixation des raidisseurs.

 

  • Positionnement du Bacquet:

bacquet10.jpg

Avec le siège simplement posé sur un empilage de rondelles devant et l'outil de positionnement derrière, il est possible de vérifier le confort de la position!!

  • Percage du premier trou:
     

 

bacquet11.jpg Percez les trous un à un, en mettant à chaque fois le boulon et les rondelles en place. Cela vous évitera de vous retrouver avec des trous qui ne sont pas en face des pattes.

 

  • Perçage du deuxième trou:

bacquet12.jpg

Après mise en place du boulon on peut supprimer les cales sous l'avant et juste appuyer le siège sur l'outil de fixation arrière

  •  Mise en place des raidisseurs:

 

bacquet13.jpg

 Les raidisseurs sont fixés en dernier. Attention au débattement du moteur côté droit. N'oubliez pas les rondelles d'appui (ou plaque de renforts en alu) comme pour les autres fixations.

  • Cotes moyennes de positionnement d'un bacquet si pas les données constructeurs:

baquet-cote.jpg

A - Entre le bord du siège à la traverse avant du cadre: 58 à 62 cm
B - Entre le fond du siège et le sol: 3 à 4 couronnes (2 cm)
C - Entre le haut du siège et l'arbre arrière: 24 à 27 cm

 

  • Réglage de la position du bacquet :

Essayez les positions sur une ou plusieurs pistes que vous connaissez.

En effet, ce sera plus rapide en choisissant des circuits que vous connaissez, car vous n'aurez pas à apprendre la piste et vous analyserez bien mieux les réactions de votre châssis Comparez bien vos sensations avec ce qu'indique l'alfano. A vous ensuite d'agir dans bon sens pour corriger les défauts.

Par rapport à une position de base, le déplacent du siège entraîne les effets suivants. . .

 

  • Siège avancé:

Train avant plus directionnel (moins de sous-virage), motricité diminué. Permet de corriger un train avant mâaquant de précision, mais retarde le moment où est possible d’accélérer dans le virage. Facilite l’exploitation sur une piste plutot très sinueuse. 

  • Siège reculé: 

Train avant moins directionnel (plus de sous-virage), motricité améliorée. Souvent intéressant sur les pistes rapide ou dans les catégories supérieures où la motricité joue un rôle déterminant sur le chronos. 

  • Siège plus bas:

 Diminution des appuis. A appliquer sur une piste trop accrocheuse qui mange beaucoup de chevaux en sortie de virage. 

  • Siège plus haut:

 Augmentation des appuis. C’est assez utile dans les catégories où il n'y a pas de réglage de hauteur de l'arbre arrière pour retrouver du grip sur une piste très glissante.

 

Trucs et Astuces concernant le siège/bacquet: 

  • La fixation des lests: 

Prévoyez la fixation de lests si nécessaire. Si vous devez en mettre beaucoup, les positions les plus pratiques sont sous l’avant du siège, au centre. On y loge facilement jusqu'à 5 kg. Sur le côté gauche en bas du siège, il est facile de fixer un lest de 4 kg ou plus. Au dos du siège, en bas, on peut fixer de chaque côté deux autres plombs. Soit encore de 2 à 4 kg. Montés à ces emplacements avec des vis FHC et des rondelles cuvettes, les fixations des plombs ne gênent absolument pas le pilote. Evitez soigneusement tout boulon qui se trouverait au centre du siège, en contact avec la colonne vertébrale du, pilote, à moins de très bien les protéger.

 

  • Renforcez les fixations:

Une fois les essais terminés, votre siège comportera plusieurs séries de trous qui l‘affaiblissent. Il faudra penser à renforcer les zones de fixation pour éviter qu'il ne se casse. La solution la plus simple consiste à riveter ou à coller des plaques d’aluminium à l’emplacement des fixations. Si vous êtes plus perfectionniste, il est facile de faire un renfort en résine et fibre de verre. On trouve des kits de réparation polyester chez tous les magasins auto et les grandes surfaces de bricolage. Ce sera aussi l'occasion de reboucher les trous qui s'avèrent inutiles.

 

  • Au niveau du confort: 

Même avec un bon siège, vous constaterez en roulant qu’il peut rester des points douloureux à la longue. Vous trouverez dans les boutiques spécialisées des plaques de mousse prédécoupées, plus ou moins sophistiquées. A défaut, vous pouvez rembourrer ces emplacements avec de la mousse de haute densité fixée avec du scotch double face. La mousse des tapis de sol de gymnastique convient très bien. Elle est peu épaisse et assez ferme pour être efficace. Pour la finition, coupez les bords en biais avec un cutter et recouvrez avec du ruban adhésif large.

15 votes. Moyenne 3.80 sur 5.

×